Weltsicht

Father to son

Entre le bruit des vagues et celui du flipper, celui qui serait passé devant le bar l’aurait cru vide. Pourtant, on était là avec Virginie et des pintes de bière. Trois ans que j’attendais ça : de textos ridicules en lettres sans réponse, elle avait toujours refusé les retrouvailles.

Ce soir, c’était différent. Elle me dit comme un coup de fouet :
« Tu aurais dû me faire un enfant, on aurait dû faire un enfant. Maintenant c’est trop tard. »

Une étincelle ou une larme ? Quand je suis sorti, la pluie cachait les miennes. Cat Stevens chantait Father to son à la radio.

{ Gastautor / Auteur invité Mathieu Tascher }

Standard

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s